Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En juillet 2012, tout prés de chez moi, au village de Méteren, furent retrouvés les restes de soldats allemands de la guerre 1914 -1918. Leurs familles n'auront pas la chance, comme celles de mes Héros Américains de l'Aiguille des Glaciers de recevoir leurs glorieux restes car aucune analyse A D N ne sera faite.

 

Ci dessous, les photos et compte rendu du journal " La voix du Nord" du 13 janvier 2013.

 

 

 In July 2012, all near my home in the village of Méteren, were found the remains of German soldiers of the war in 1914 -1918. Their families will not have the chance, as those of my American heroes of the Aiguille des Glaciers receive their glorious remains because no DNA analysis will be made.

 

Below, photos and account of the newspaper "Voice of the North" from January 13, 2012

 

 

titre met

 

Who were these  German soldiers who were found in July at Meteren?

 

 

 

 

 

 

sol-al-1.jpg

 

  Meteeren--Photo.jpg

 

  so-al-2.jpg

 

Fin juillet, deux crânes étaient retrouvés sur un chantier, à Méteren. Six mois plus tard, si on sait qu'il s'agissait de soldats allemands de la Première Guerre mondiale, difficile d'en connaître davantage.

 

Ils étaient au moins deux, ensevelis dans ce trou. « À côté des deux crânes, on a retrouvé trois casques », observe Daniel Fâche, Méterennois passionné de la Première Guerre mondiale. Un soldat a-t-il perdu le sien pendant les combats ? Étaient-ils trois, serrés les uns contre les autres, à vouloir échapper à la mitraille dans cet abri de fortune ? Ou bien, comme le pense Daniel Fâche, ont-ils été enterrés là, dans un trou d'obus, à la fin des combats avec tout l'équipement qui se trouvait autour ? Ce ne sont que des hypothèses.

 

On sait, en revanche, qu'ils étaient Allemands. À leur côté, on a retrouvé un ceinturon et un bouton prussien, ainsi qu'un fusil Mauser. Comment sont-ils morts ? Les ossements, nombreux, ne donnent que peu d'indices. « Ils ont pu périr au corps à corps, à cause des gaz ou fracassés par des obus. » Probablement entre avril et juillet 1918, alors que les troupes allemandes occupent Méteren et ont face à elles des régiments britanniques, français et australiens. Mais, au-delà de l'aspect militaire, qui étaient-ils, avant que le brasier de la Grande Guerre ne les emporte ? On sait que le 248e régiment d'infanterie allemand est passé par le village : de nombreuses plaques retrouvées le prouvent. Certains de ses hommes venaient de Prusse, de Berlin, d'Heepen (Rhénanie du Nord) et de Weißenberg (Saxe).

 

Pas de tests ADN

 

Peut-être étaient-ils boulanger, cheminot ou professeur. Ces soldats avaient peut-être des enfants et une femme. « Plus on avançait dans la guerre et plus les soldats étaient jeunes », poursuit Daniel Fâche. Ces hommes avaient-ils seulement 20 ans ?

 

Retrouvées presque un siècle après leur enterrement, les dépouilles de ces Allemands ont été recueillies par le Service d'entretien des sépultures militaires allemandes (SESMA). Hubert Lemulher, directeur technique du SESMA pour la France, précise que les os ont été enterrés «sans raisons spécifiques » dans un cimetière militaire allemand, près de Metz.

 

Les tests ADN, très chers, ne sont pas réalisés par l'Allemagne. Ces inconnus ne retrouveront, semble-t-il, jamais leur identité.

 

 

  Pour mes amis des USA                   To my friends from usa

 

 

 

End of July 2012, two skulls were found on a construction site, Méteren. Six months later, if we know that they were German soldiers of the First World War, more difficult to determine.

 

There were at least two buried in this hole. "Beside the two skulls were found three helmets," says Daniel angry, passionate Méterennois of the First World War. A soldier he lost his fighting for? Were three tight against each other, wanting to escape the bullets in this makeshift shelter? Or, as Daniel thinks angry, they were buried there in a shell hole at the end of the war with all the equipment that was around? These are only assumptions.

 

We know, however, that they were Germans. On their side, they found a belt and a button Prussian and a Mauser rifle. How are they dead? Bones, many, give little clues. "They have perished in combat because of gas or shattered by shells. "Probably between April and July 1918, when German troops occupy Méteren and they face the regiments British, French and Australian. But beyond the military, who were they before the blaze of the Great War did win? We know that the German 248th Infantry Regiment went through the village, found many plates to prove it. Some of these men came from Prussia, Berlin, Heepen (North Rhine) and Weißenberg (Saxony).

 

No DNA tests

 

Perhaps they were a baker, railroad or teacher. These soldiers may be children and a woman. "The more advanced the war and the soldiers were young," says Daniel angry. These men they had only 20 years?

 

Found almost a century after their burial, the remains of these Germans were collected by the Maintenance Service German War Graves (SESMA). Hubert Lemulher, technical director SESMA for France, said that the bones were buried "without specific reasons" in a German military cemetery near Metz.

 

DNA testing, dear, are not made by Germany. These strangers will not return, it seems, never their identity.

 

 

  Retour à la page d'accueil: http://0z.fr/OTPjg  

 

 

Tag(s) : #HOMMAGE AUX ANCIENS COMBATTANTS et F.F.I.

Partager cet article

Repost 0