Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En hommage à Monsieur Géry DEGRAEVE, ancien Maire de MORBECQUE Héros de la Grande Guerre.
En 1917, il fut fauché par une torpille et laissé pour mort, ne devant sa vie que grâce à la vigilance d'un camarade.
Revenu au front après sa guérison, il serra la main de Clémenceau le 1er Aout 1918.

Chef de Bataillon Francis Raout (CR) Novembre 2009




Le 11 Novembre du poilu volé.


Combien ils l’ont fêté cet anniversaire,

Revivant chaque fois leur terrible calvaire,

Ces Anciens de « quatorze » devenus civils,

Près des Monuments aux Morts de nos villes !

 

D’année en année, nos héros nous quittèrent,

Finies les chevauchées dont ils étaient si fiers,

Aux banquets, plus de chansons patriotiques

Nous manquent, aussi, leurs souvenirs pathétiques.

 

Géry fut l’un des derniers à participer,

Son manteau portait ses médailles bien groupées,

La Médaille Militaire, joyau d’épopée

La Croix de guerre qui rappelait bien des drames,

Vécus à Verdun et au Chemin des Dames,

La Légion d’Honneur, des braves, l’oriflamme.

 

Je le revois, notre grand Ancien, tout en pleurs,

Spolié de ses médailles par un méchant voleur,

Ces décorations reçues au « Présentez … Armes ! »

En plein cœur de l’Apocalypse, dans la Marne.

 

Sur ses genoux, son manteau nu buvait ses larmes….

 

Soixante dix ans avaient fait pâlir les rubans

Qui l’honorèrent après les « Ouvrez le ban ! »

Des médailles neuves seraient des étrangères,

Il portera donc le deuil des « régimentaires »

Il s’en voulait d’avoir profité du vestiaire,

Les médailles ne s’accrochent pas à la patère.

 

Lors de nos rencontres, il évoquait sa peine…

« Malgré tout, disait-il, j’ai eu de la veine « »

« Tous ces copains morts, alignés dans les charrettes »

« Qui reposent, peut être, aujourd’hui, à Lorette »

« N’ont pas eu la chance de voir leurs décorations »

« Laissons le voleur dans son aliénation. »

 

Géry, de Morbecque en Flandres, le Maire,

S’en est allé, un jour, rejoindre ses frères.

Pas de peloton d’honneur pour le brave Poilu,

Mais moi, l' officier, militairement, le salue :

 

« Pour tes souffrances, »

« Pour notre France, »

 

« Géry, »

« Merci. »

 

Francis Raout Novembre 2009


Les pompiers de Morbecque et de Flandres Lys assistaient, en tenue, à ses funérailles

 

  Retour à la page d'accueil: http://0z.fr/OTPjg  

 

 

 

Tag(s) : #HOMMAGE AUX ANCIENS COMBATTANTS et F.F.I.

Partager cet article

Repost 0