Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

La Voix du Nord 14 février 2013Jer-Pag-1.jpg

Voilà neuf mois que le lieutenant Jérôme Folens est à la tête de la caserne des pompiers d'Hazebrouck.
En mai 2012, il a succédé à Luc Eeckhoudt, parti pour le service de prévention du groupement 1 à Dunkerque et qui n'est autre que son oncle. Fils et petit-fils de pompiers, Jérôme Folens a suivi une voie toute tracée, faisant rimer vocation avec passion.
Sa vie toute entière est liée au monde des sapeurs-pompiers. « J'ai habité en casernement jusqu'à mes 8 ans. Je voyais les pompiers partir en intervention, je jouais avec leurs enfants... » La voie était tracée d'avance, on a envie de dire. À la fois par son père, mais aussi par son grand-père, Roger Eeckhoudt dont Jérôme Folens parle avec un énorme respect et une grande admiration. « Il avait une grande renommée dans le milieu... » En digne héritier, Jérôme Folens a poursuivi jusqu'à aujourd'hui un parcours exemplaire. Il est âgé d'une petite vingtaine d'années quand il passe son concours pour devenir sapeur-pompier professionnel, qu'il obtient du premier coup. Après cinq ans au centre d'incendie et de secours (CIS) de Fort-Mardyck, il rejoint le CIS de Dunkerque où il est promu sous-officier. « Je m'occupais principalement des manoeuvres de l'équipe. » Puis il fait le choix de quitter l'« opérationnel » pour s'orienter vers la « prévention », une autre activité, plus méconnue, des sapeurs pompiers« Les gens ne se rendent pas compte qu'il existe chez nous différents métiers », sourit-il.
Il intègre, en 2009, le service « prévention » du groupement 1*, au grade de sergent-chef. Il s'occupe alors de la sécurité des établissements recevant du public.
Mai de la même année, le voici lieutenant. Le concours interne d'officier en poche, Jérôme Folens part pendant un an et demi en formation à l'École nationale supérieure des officiers de sapeurs-pompiers, à Aix-en-Provence. Loin de sa femme et de ses enfants. « C'était un peu difficile , convient-il.Les enfants n'avaient que 5 et 6 ans. Je faisais le trajet tous les week-ends pour les rejoindre. » Il faut dire aussi que le chef des pompiers hazebrouckois ne compte pas les heures qu'il passe au travail. Quand il n'emmène pas le travail à la maison... des dossiers, par exemple, qu'il potasse, le soir, dans le canapé. « J'adore ce que je fais ! », dit-il dans un grand sourire.
Quand il a été nommé à Hazebrouck, il n'a pas hésité à déménager pour s'installer... à 300 mètres de sa nouvelle caserne. Femme et enfants ont évidemment suivi, la première a changé de métier, les seconds d'école. « C'est important pour un chef de centre d'être le plus présent possible au CIS , estime-t-il.Je tenais à jouer le rôle à 100 %. » Pour lui, cette place à la tête des pompiers hazebrouckois, qu'il n'était pas seul à convoiter, c'était « le poste voulu » : prendre les rênes d'une caserne quand on y a passé son enfance, qu'on est entré dans le métier en tant que professionnel... c'est quand même une certaine fierté, même s'il ne le dit pas explicitement.
La ville d'Hazebrouck, Jérôme Folens ne la connaissait pas avant de s'y installer, pour son travail. Il connaissait bien, en revanche, son prédécesseur, Luc Eeckhoudt, qui n'est autre que son oncle. « Je me sens bien ici , confie-t-il neuf mois après son arrivée.C'est un centre de secours à taille humaine, c'est parfait. Nous avons de bons contacts entre nous et nous avons même resserré les liens avec les anciens. »
Amateur de théâtre
Assisté par le lieutenant Laurent Ryckenbusch, fraîchement arrivé, Jérôme Folens dirige dix-huit sapeurs-pompiers professionnels et cinquante volontaires. Très peu de femmes dans le lot : elles sont absentes de la première catégorie et ne représentent que 10 % de la seconde.
Cette année, un autre challenge se présente aussi à lui, qui ambitionne de passer le concours de capitaine. « Ce que je souhaite, c'est évoluer. Être pompier, c'est un don de soi, je suis dévoué à mon métier. » S'il reste une place pour les loisirs dans cet agenda ? Une petite. Pour le sport, le footing notamment. Pour le théâtre aussi, dont il se dit amateur, au même titre que le cinéma et la lecture.
* Dans le département du Nord, les sapeurs-pompiers se répartissent en cinq groupements.
 
Retour page d'accueil: http://0z.fr/OTPjg
 
 
 
 
 
 
 
 
Tag(s) : #ACTUALITES CENTRE DE SECOURS D' HAZEBROUCK

Partager cet article

Repost 0