Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le Colonel Albert Brockers, mon beau frère, héros de la dernière guerre, ( Campagne d'Italie, de France,  d'Allemagne. Premier artilleur   francais à franchir le Rhin,   etc..) m'avait, un jour, confié ce petit reportage photographique ou l'on fait connaissance avec l'obusier de 370 datant certainement de la Grande Guerre. Nous sommes en fin 1939,  au sein du 165ème Régiment d'Artillerie, sur la ligne Maginot et les artilleurs s'exercent à manier l'engin.

        Description de l'obusier de 370mm Filloud modèle 1913.

 Poids en batterie: 30 tonnes   Poids en déplacement sur route,  en trois éléments avec les accessoires et les boggies: 45 tonnes.  Vitesse de déplacement sur route: 5 kms heure

Mise en batterie: 24 heures

En position déplacement route: 24  heures

Changement de position après cent coups tirés.

Projectile de 489 kgs portée 8.100 mètres    Projectile de 414 kgs portée 10.400 mètres

Amplitude de pointage en direction:  6°

Accessoires:  1 km voie de 0,60

 Un mastodonte difficile à mettre en oeuvre.

 

numérisation0002

 

                                   Octobre 1939  l'obusier en batterie et ses servants

 

Pour le nettoyage de la bouche à feu, on tire le plus maigre des servants par le tube. Ce n'est réglementaire, mais cela amuse les hommes. Il y a aussi pour ce faire, l'écouvillon.

 

numérisation0003

 

  Toujours octobre 1939,  Au 165ème RARG, en garnison au Groupe Fortifié de la Marne ( ancienne Festung von der Goltz), à quelques kilomètres de Metz, nous venons d'être dotés de l'obusier amené près du fort.  Se préparent des exercices de mise en situation de déplacement et de démontage.

La voie de 0,60 relie la route à la position de  pièce. Le Capitaine  Mougin, commandant la batterie, rend compte au Colonel commandant le 165ème Régiment d'artillerie de Réserve Générale des précautions à prendre pour éviter l'emballement de la masse de 10 tonnes qui va être tirée à travers la forêt. La pente négative, au début, inquiète. Serre frein, cales, cordes pour retenir... Cela semble juste.... 

 

numérisation0004

 

  Ce n'est facile et  l'homme clé de la manoeuvre est le "serre frein" un volontaire, vif, rapide et solide. La masse de 10 tonnes, elle même montée sur des boggies de voie de 0,60 doit être bloquée à temps sur les rails des boggies route pour ne pas basculer.  Le volant du frein est terriblement démultiplié.

 numérisation0005

 

numérisation0006

  Ouf, le tronçon de la descente s'est bien passé, soufflons avant de tirer la masse vers son emplacement de pièce. 

 

 

numérisation0007

 A présent il faut tirer sur quelques centaines de mètres jusqu'à la position creusée à l'avance.   Là, il faudra placer d'abord la plate forme, avec ses bêches, puis le berceau et, enfin la bouche à feu. ( voir photos du début du reportage)

     

 

                           Exercice (périlleux ! ......) de démontage  

 

numérisation0011

Pour démonter, il faut d'abord lever le canon.  Cela va être difficile, il faudra prendre garde de ne pas abimer les parties fragiles comme les secteurs dentés. La bouche à feu est soulevée de son berceau. Le  portique est placé sur deux boggies qui roulent sur deux voies parrallèles passant, l'une devant la pièce, l'autre derrière la pièce. A une vingtaine de mètres, deux plaques tournantes permettent de faire pivoter les boggies qui se trouvent ainsi l'un derrière l'autre et l'élèment à déplacer sur une seule voie

 

                                           Et c'est la catastrophe....

numérisation0008

 

  La bouche à feu soulevée, la voie de 0,60 s'est affaissée sous le poids de l'ensemble boggies - portique- bouche à feu.  Il avait plu.  Le sol était détrempé.  Tout s'apprend....

 

numérisation0009

 

numérisation0010

  Mais elle est belle, la pièce ainsi couchée....

 

numérisation0012

Mais notre matériel normal est à quelques centaines de mètres. Six pièces de 100mm KRUPP 1902  sous tourelle, dans le béton.  La deuxième batterie est dotée de 120 Debange et la troisième de 75 .( Mais eux sont dans les villages, avec  le confort de loger chez l'habitant) Heureusement que si nous dormons dans l'ouvrage de Mercy, le jour nous sommes à l'air libre, dans la forêt;  Le front est loin...

C'étaient les commentaires originaux d'Albert Brockers que nous retrouverons page suivante. Il est l'auteur de "Aussi fière qu'insolente, histoire d'une batterie en guerre"

  Voir un article sur ce fort allemand " Festung von den Glotz sur le site de Monsieur Delacruz http://derelicta.pagesperso-orange.fr/lamarne1.htm

 

Ce 7 janvier 2014, Monsieur Delacruz, que je remercie, me fait parvenir un document très rare qui provient du service historique de la Déense , qui nous fait tout connaître sur le " train de transport" de l'obusier de 370 Filloux et que je mets en parallèle avec les explications d'Albert Brockers.

 P1140824-Caractéristiques mat A n 1

 P1140824-Caractéristiques mat AL n2

 P1140824-Caractéristiques mat AL n 3

 P1140824-Caractéristiques mat AL n 4

 P1140824-Caractéristiques mat AL n 5

 P1140824-Caractéristiques mat AL n 6

 

 

Retour à la page d'accueil: http://0z.fr/OTPjg 

Tag(s) : #HOMMAGE AUX ANCIENS COMBATTANTS et F.F.I.

Partager cet article

Repost 0