Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ce samedi 26 Juin 2010, les Sapeurs Pompiers  Volontaires ( Les Professionnels n'étaient pas de garde) ont eu à lutter sur un très méchant incendie Résidence de la Sous Préfecture à Hazebrouck. Tous les apparterments du dernier étage ont été détruits. Tentons d'expliquer le pouquoi de la chose en étudiant les causes de propagation du feu par les plafonds et la destruction de la terrasse couverture.

 

 Donc, le feu se déclare, en l'absence de ses occupants, dans l'appartement central du dernier étage.  D'autres résidents entendent le bruit d'une explosion (peut être dûe, comme le pensent les Lieutenants Van Den Bergue et Schabailli, à un flash-over) et constatent, ensuite, que les flammes sortent par les croisées dont les vitres ont éclaté..

 

 

 

P1010054

L'appartement central ou l'incendie s'est déclaré -  Il n'a plus de couverture

 

A leur arrivée, les Pompiers ont réalisé qu'il se trouvaient devant un feu difficilement éteignable car progressant dans le gittage des plafonds.   Gittage ossature bois  soutenant les plaques en "placoplâtres"  des appartements,sur ce gittage des plaques de matériaux isolants, puis des plaques de "stramit" formant la terrasse qui était recouverte d'une étanchéité multicouche à base de matériau goudronné feraillé d'un grillage qui fut un problème pour les pompiers.

P1010049 P1010047

 Triste aspect de la terrasse (en paille) - des plafonds effondrés - du multicouche qui dégouluine. 

 

Pour mémoire, je signale que les plaques de "Stramit" (Il y avait une usine de fabrication dans le années soixante dix à Hazebrouck) étaient composées de paille pressée noyée dans un  fin béton. J'ai eu l'occasion d'être confronté à leur piètre résistance dans le coeur  d'un incendie lors de celui de l'usine Sénellart à Hazebrouck. La plaque résiste à la flamme d'un chalumeau qui la noircit et ne prend pas feu ce qui lui a valu sa qualité de résistance au feu mais, dans un incendie, elle se  décompose certainement par l'effet de l'eau et de la chaleur et alors toute la composante paille   brûle.

  P1010031 (2)

La couverture s'est effrondrée sur tout le mobilier - A remarquer la paille qui retrouve son état naturel - et la laine de roche qui ne brûle pas - par contre tout le goudron du multicouche s'est consumé

 

 

  Les Pompiers ont formé de nombreux binômes qui ont essayé de faire, à la hachette, des coupe feu dans les plafonds, mais c'était mission impossible et gràce a la vigilance de leurs officiers qui les ont fait reculer, aucun incident grave fut à déplorer. Je me permets de tous vous féliciter.

 

Le feu consumma donc tous les plafonds, tout le gittage bois, toute l'isolation, tout le support stramit, toute l'étanchéité multicouche, mettant tous les appartements  du dernier étage à ciel ouvert. Il transforma  ces appartements en un cratère de volcan dont la lave en fusion dégoulinait sur tous les meubles.

 P1010034

                                                                               Spectacle de misère

 

Comme quoi une bâtisse qui semble solide comme un roc peut se transformer en déjeuner de soleil.

 

 

Un pompier d'Hazebrouck, raconte simplement son intervention; on a'a pas l'impression qu'il pensait au danger. Je  signale qu'un binôme  d'attaque c'est deux pompiers seuls dans la fumée avec la contrainte du masque.

 

  

En fait,  j’ai procédé à l’attaque depuis l’intérieur, avec mon binôme vers 17h30 (H+6h45)  Nous étions dans le 3 éme appartement (à droite en regardant l’immeuble de face , à ce moment là,  l' appartement n'était pas encore touché par l’incendie). Nous savions que le feu était dans le plafond. A vec la gaffe  nous avons fait  un trou dans le plafond de la cuisine et là il y avait dégagement de fumées mais pas de flammes.

Le feu « respirait » la fumée sortait et par moment rentrait par le trou …

Sans présence de flammes, nous avons « reculé » dans le hall d’entrée de cet appartement pour faire une nouvelle trouée dans le plafond (environ 1 m2) .L e feu était là , de belles flammes oranges dansaient sous la toiture, formant de « beaux » rouleaux- attaque à la LDV  ( lance du dévidoir tournant), plus de flammes mais une grosse fumée noire. A ce moment l’ARI (appareil respiuratoire isolant de mon  camarade de binôme s’est mis à « siffler », il n’avait bientôt plus d’air , nous avons laissé la place au binôme qui arrivait pour la relève en lui indiquant de faire attention, le feu étant au-dessus de nos têtes.

C’était notre dernier « tour » , 6 fois 20 minutes à l’attaque, après avoir monté les 5 étages  par cette infernale chaleur (les équipements textiles n’arrangeant rien. Exténués, nous avons   laissé la place à la relève arrivant de Méteren et Rosendael.    

En résumé : bel après midi d’exercice physique

 

  Retour page d'accueil: http://0z.fr/OTPjg 

 

Tag(s) : #ACTUALITES CENTRE DE SECOURS D' HAZEBROUCK

Partager cet article

Repost 0