Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

CATEGORIE: Crash du B 17 " Shangrila Lil " le 2 août 1943 à Morbecque

 

 

Le premier article ci dessous, les quatre autres sur les pages suivantes ou sur les liens ci aprés:

 La Voix du Nord évoque la Forteresse Volante de Morbecque 

 

Des témoins du crash du B 17 de Morbecque se font connaître  

 

"Amis du B 17 de Morbecque"- Premiers contacts - Premiers résultats

 

Premier Hommage aux " Héros Américains" du B 17 de Morbecque - Shangrila Lill

 

 ___________________________________________________________

 

Crash du B 17 " Shangrila Lil " le 2 août 1943 à Morbecque

fort-bomb.jpg

 

 

Je voudrais vous présenter, et spécialement à la grande famille des amis du B 17 de l'Aiguille des Glaciers, un autre B17 qui fut un héros malheureux d'une importante mission de bombardement d'un site ultra stratégique situé à une trentaine de kilomètres de ma ville d'Hazebrouck. 

  

 

La mission du 27 août 1943

 

 

A quelques kilomètres de Saint Omer, les allemands avaient édifié le gigantesque blockhaus d'Eperleques qui devait servir de base de lancement des fusées V2 sur l'Angleterre. Mais ils prirent la décision de le transformer en usine de production d'oxygène liquide pour alimenter les moteurs de ces fusées qu'ils prévoyaient de lancer à partir de la Coupole d'Hlelfaut- Wizerne, également à côté de Saint Omer.  (actuel musée des fusées V1 - V 2 - V 3.)

 

 

 

 La cible

  block Eperl

 

Le 27 août 1943, la  8ème Air Force reçoit la mission de détruire cet objectif. De 18 heures 45 à 19 heures 42,  au moyen de 185 B 17 Forteresses volantes et le déversement de 366 bombes d'un poids total de 325 tonnes, le blockhaus est hors d'état de nuire. Au moins 500 prisonniers ou requis, employés à la construction, sont tués. 4 bombardiers manqueront à l'appel.

 

Le 303ème Bomber Group

 

 

C'est lui qui ouvrit les hostilités. Il était composé de 20 B 17, divisés en 3 sous groupes (voir le document ci-après).

 

  box

 

  Dans l'avion 341, piloté par Alexandre Strickland se trouve le Brigadier Général Command, Général du 1er Wing. L'escadron décolle de Cambridge en Angleterre. Il franchit la côte francaise au Touquet et, en changeant souvent de direction pour   laisser l'ennemi dans le doute de l'objectif, il atteint ce dernier à 18 h 42.

A Saint Omer la Flack se déchaîne.

 

 

 

  Le B 17 Shangrila Lil # 42 29754

 

shangrila--pin-up.jpg

 

 

 

 Touché à l'avant, près de la soute à bombes, trois hommes tués à bord, l'avion 754 amorce sa descente et les survivants s'éjectent en parachute sur la Commune de Renescure ( à proximité  d'une base d'aviation ennemie) 

Finalement l'appareil s'abimera sur Morbecque qui est le village le plus proche d'Hazebrouck . (Les deux communes se touchant.)

Je n'avais jamais entendu parler de cette forteresse jusqu'à ce jour. ( Mais, tellement d'avions se sont abattus dans les environs et je n'étais pas présent à Hazebrouck en 1943.)

Un deuxième bombardier du groupe est touché " L'Iza Vailable - #   42-2975 " mais malgré 3 moteurs hors service et   200  impacts de flack, il regagnera l'Angleterre

 Le Major Calhoum de l'avion de tête 931, qui a observé l'ouverture des parachutes, nous dit que la chasse allemande n'ose pas s'approcher trop près des bombardiers et que les Spitfires de la R.A.F , malgré une arrivée un peu tardive, apportent un ecxellent support.

D'autres avions des autres groupes seront touchés. Le B 17 42-29530 s'écrasa à Saint Martin au Laert ( pratiquement Saint Omer) 3 tués - 2 évadés- 5 prisonniers - Un autre s'abima en mer avec son équipage.

 

 

 

Le Sangrila Lil  git sur le territoire de la Commune de Morbecque

  numerisation0015-copie-1.jpg

 

 

numérisation0019

 

 

 L'allemand et la " Pin Up "

  numérisation0017

 

Ces photos, prises par l'ennemi, ont été récupérées par un officier  francais des renseignements, transmises aux américains, elles sont la propriété de Bill Burke, neveu de James Burke le mitrailleur arrière. Je présente Bill et je le remercie.

numérisation0016

 

Mais pour nous, francais ce fut la perte de deux de nos pilotes de Spitfire qui combattaient dans la Royal Air Force  "Groupe Alsace" au sein des F.F.A.L.  (Forces Francaise Aériennes Libres) .  Deux grands héros de France. Avec Pierre  Closterman, le Commandant René Mouchotte était célèbre en Angleterre. Il s'abima en mer et le Sergent Chef Magrot s'écrasa à Houdain.  Deux autres Spitfires du Squadron 40 furent abattus.

.

 

Un Héros Francais  René Mouchotte

  Mouchotteb--2.jpg

 

.

L'odyssée du Sous Sergent Eugène William

 

Donc, le Sous Sergent Eugène William s'éjecte au  dessus de Renescure avec 3 autres membres de l'équipage - il atterrit pas loin d'une ferme où il réussit à se cacher et à être ravitaillé par les habitants du lieu, la famille Talleu qui pensait que c'était un anglais et non un américain. Robert Talleu et mademoiselle Decouvelaere  arrivèrent à le transférer à Aire sur la Lys mais, ils le sauront à la fin de la guerre, il fut capturé et fait prisonnier. A son retour du stalag, il donna de ses nouvelles à ses nouveaux amis le 20 février 1947

  numérisation0012-copie-1

 numérisation0010

 Il est décédé lle 27 juillet 1997.

Eugène William

 

  william

 

       

 

Et l'odyssée du Sous Sergent Benjamin Clarke Mitrailleur

 

 

benjamin-cl.jpg

 

 

Sedona AZ - 4 Juillet 2013 -  (traduction)

.

En cette Journée de l'Indépendance il faut considérer les expériences de Benjamin Clarke Jr. qui a payé un prix très élevé pour aider à assurer notre liberté et notre indépendance.

Clarke Jr. a passé trois années de sa vie dans le Stalag  17-B dans la Seconde Guerre mondiale.

Sa carrière a débuté avec la formation de vol en 1943 à Walla Walla, Washington. À l'étranger en Angleterre, il était un «ange de l'enfer" homme originel de la radio et mitrailleur de taille avec l'Escadron 360e bataillon de la 303e à la première aile.    

 

Son avion nommé le «Shangrila Lil" effectué des missions en Hollande, en Allemagne, en France.. Clarke Jr. se souvient des missions comme «runs de lait."

«Nous étions 15 minutes, à 15 minutes dehors, sur les installations de fusées V2 et les bases sous-marins allemands."

    

Son avion a été abattu en Août 1943. L'équipage a évacué et sept ont été capturés. Il était parmi les 1400 prisonniers de guerre qui ont été envoyés par wagons au Stalag 17 B.

Ce fut un voyage difficile. L'assainissement a été très mauvaise et ils ont été emballés comme des sardines pour le couple de jours qu'il a fallu pour se rendre du Camp 7-A pour Stalag 17-B.

«Nous ne pouvions pas parler aux autres prisonniers. Ils étaient français et polonais et russes ".

Selon Clarke, le film, Stalag 17, faisait partie vrai et une partie fiction, "La scène où l'homme était sur le château d'eau a fait passer et il a été tué. Il y avait beaucoup de tunnels creusés dans le camp. Il y avait un homme appelé le «fantôme gris», et il a réussi à échapper à une couple de fois mais a été rattrapé. "

Clarke se souvient qu'il y avait le mot autour du camp sur un informateur, mais cela n'a pas eu lieu dans sa caserne, 36-A.

Alors que la fin de la guerre approchait, Clarke Jr. était l'un des plus de 4000 prisonniers qui ont été envoyés sur ce qu'ils ont appelé la «Mort Mars" pendant 18 jours, 280 milles, à travers la forêt Weidhard à l'Autriche. Ils ont été libérés par la 3e Division Blindée du général George Patton, le 3 mai 1945.

 

Né le Premier Jour des anciens combattants

    

Benjamin Clarke Jr. a une particularité unique en tant que vétéran américain. Il est né le 11 Novembre 1919, la première Journée des anciens combattants.

Il va passer 4th de Juillet avec sa famille. Il est un vrai citoyen-soldat et "héros américain" pour sa famille et ses amis. Ses enfants, petits-enfants, arrière-petits-enfants et la famille élargie sont très fiers de lui.

Clarke est très fier des hommes et des femmes qui se battent la guerre d'aujourd'hui. «Ils font un excellent travail. Ils se battent un autre type de guerre que le mien et j'espère qu'ils retournent tous en toute sécurité ".

Il y avait 4,237 hommes de troupe, la plupart de l'Armée de l'Air huitième, sauvé du camp à la fin de la guerre. Voici une photo des membres survivants lors de leur dernière réunion:

 

  Réunion des survivants du stalag 17 - Benjamin Clarke est assis au centre.stalag-17.jpg

 

 

Photos et texte fournis par Monsieur Feutry, un grand expert des craschs d'avions de la deuxième guerre mondiale. Merci Monsieur Feutry 

 

 

L'équipage au complet et leur appareil

 

numérisation0006

 

  Cet équipage fut affecté au 303 BG Le 13 juillet 1943 et cette photo date du 12 août 1943, soit 15 jours avant le crash.

 

En haut, de gauche à droite: 1- Lieutenant Cramsie William J. bombardier tué dans l'opération. - 2- Lieutenant Crokett George W, jr, pilote - prisonnier de guerre. - 3- Lieutenant Miller Israel - navigateur - prisonnier de guerre.- 4 - Lieutenant Barsam Mériam A, jr, co-pilote -tué au cours de l'opération.

En bas de gauche à droite: 5 - Sous Sergent Clarke Benjamin, jr, mitrailleur-prisonnier de guerre. - 6 -Sous Sergent Williams Eugène F,  mitrailleur - prisonnier de guerre.qui a atterri à Renescure. - 7- Sous Sergent Burke James C, mitrailleur -  prisonnier de guerre. - 8 - Sergent Jaynes, Allen D-opérateur radio - prisonnier de guerre. - 9 -  Sergent Homer Eddiie D, mitrailleur - prisonnier de guerre. - 10 - Sergent Tepper, Morris, Mécanicien - tué au cours de l'opération.

 

Les Lieutenants Cramsie et Barsam et le Sergent Moriss Tepper ont été provisoirement inhumés à Merville ( à 10 Kms d'Hazebrouck) Barsam est maintenant au cimetière américain de Colleville sur Mer;  Cramsie et Tepper sont retournés " à la maison"

 

 

Dernière nouvelle du 21 février 2013 

 

 

 

Ce jour, 21 février 2013, je viens de retrouver un témoin du crash de cet avion sur la Commune de Morbecque prés d'Hazebrouck. C'est l'ancien Chef du Centre de Sapeurs Pompiers de Morbecque, le Capitaine Gérard Helleboid. (87 ans). Il en avait dix huit à l'époque, il se trouvait sur la place de la Mairie (qui domine la zone du crash) ou habitaient ses parents quand l'avion s'est abimé à deux kilomètres du village, au lieu dit " La Papotte", sur un grand champ connu sous le nom des "40 mesures" apparternant à la ferme Podvin.

    Mon ami me certifie que l'avion était encore piloté et avançait au moins sur un moteur, qu'il a amorçé un virage en arrivant sur Morbecque, qu'une mitrailleuse de  cockpit du B 17, dont il a vu le servant a touché à mort, avant le crash, un chasseur allemand qui piquait sur la Forteresse et qui s'est certainement écrasé en feu , peut être dans la forêt de Nieppe direction Haverskerque - Saint Venant  ( son pilote n'a pas sauté en parachute  ..)  

 

Donc, il y avait au moins trois aviateurs qui étaient vivants dans l'appareil.... Cette dernière victoire, ( la destruction du chasseur) réalisée dans un avion désemparé qui allait se crasher) est le plus bel acte d'héroïsme dont j'ai entendu parler un jour. Ce témoignage prouverait donc que des "Héros Américains" étaient encore vivants dans l'appareil aprés sa mise à mort par la "Flack". ( Crockett - Millner - Homer) Gérard ajoute que des voisins de la zone de crash, trés rapidement sur les lieux, ont entendu les cris d'un aviateur blessé, prisonnier de l'épave, mais les soldats allemands sont arrivés très vite.....

 

B17 pap 2

 

 

 b 17 papote

 

   Plan-Crash.jpg

 

 Il y a à peu près 4 kilomètres entre les deux crashs  ( 3 miles 300)

 

 

 

005

Le capitaine Gérard Helleboid, ancien sapeur pompier de Morbecque, témoin du crash.

 

 

  Voir le site: 

 

  http://www.303rdbg.com/index.html

 

 

Tag(s) : #Crash B 17 Shangrila Lil à Morbecque 27 Août 1943

Partager cet article

Repost 0