Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

PANSER … C’EST  GAGNER.

 

Stage  d’hydrocarbures liquéfiés, stage intéressant,

Eteindre la torchère enflammée, c’est stressant.

Ils vous offrent un verre de propane liquide,

Et vous montrent comment boucher fuite perfide.

 

 

Cela se passait il y a vingt cinq années,

Du grand abattoir, un appel désespéré :

«  Fuite de propane sur la citerne près du mur,

« Le gaz entre dans l’atelier par la toiture

« Venez vite sinon tout va sauter, ça c’est sûr !

 

Elle est énorme, la belle cuve blanche,

Oui, mais le grand hic, c’est qu’elle n’est plus étanche.

La bravant, on approche, mais le cœur flanche,

La  moindre étincelle et … bang ! Le feu déclenche !

Reconnaissance… il faut que l’on se hâte,

Le pompier, tuyauteur de métier, constate :

« Fuite avant la vanne dont la base a cédée,

«  Pour réparer il faudra faire transvaser,

« Dans l’urgence, la fuite, doit être maitrisée. »

Le stage a été utile, maintenant il sait…

La fêlure,  il va, tout simplement, la panser.

Tabliers de bouchers, en bandes, découpés,

Compresses mouillées, sur le tuyau, enroulées,

Petit à petit le sifflement disparaît,

Tout se transforme en gel sur la partie blessée.

 

Pompage et réparation se feront demain,

Du boulot, tout le monde reprend le chemin,

Mon ami le patron vient nous serrer la main,

Et pourtant, nous n’avions rien fait d’inhumain.

 

Francis RAOUT Janvier 2009

 

  

C’est grâce aux enseignements du stage «  Gaz d’hydrocarbures liquéfiés » que nous avons connu cette méthode que l’on doit appliquer quand il n’est pas possible d’interdire le passage du gaz dans une tuyauterie. On entoure donc avec des bandes de tissu mouillé  la partie fuyarde et l’on obtient, (car le gaz gèle le pansement) un gros manchon qui obstrue la fuite.

 

Cet événement s’est passé aux établissements Lionor, abattoir industriel de volailles dont le propriétaire était Monsieur Jean Pierre Vandevoorde, un ami. Cet établissement est situé à Steenbecque à 6 kms d’ Hazebrouck. Bernard Vanden Berghe, maintenant lieutenant au C.I.S. Hazebrouck, m’accompagnait lors de cette intervention. C’est son frère Didier qui m’a inspiré "La faute du Pompier volontaire". Un de leurs frères est le Colonel de Gendarmerie Bruno Vanden Berghe que j’ai eu comme pompier volontaire.

 

Retour page d'accueil:  http://0z.fr/OTPjg

 

 

Tag(s) : #POEMES SUR LES SAPEURS POMPIERS

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :