Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

 

 

 

 

JEANNOT  JEANNETTE

 

 

 

Que cette rue était vide et triste !

Et puis, ce soir, Jeannot en avait marre !

Marre de jouer les équilibristes,

Son boulot ! Ses pompiers ! Marre des amarres !

Au garage, le vendredi, c’est l’enfer,

Avec le Chef qui, toujours, vocifère,

Et des calendriers c’est le dernier jour,

Alors, tu te débrouilles, comme toujours.

Ces calendriers, il faut les vendre,

Pour permettre à l’Amicale de vivre,

Et puis, cela aide à faire comprendre

A tous, cette foi qui nous enivre.

 

Bas plafond noir d’un ciel de Décembre,

Défaite accusée d’un refus mesquin,

Car, après  avoir fait antichambre,

Chez « des gens bien »qui se croyaient « quelqu’un »

Jeannot c’est fait envoyer sur «  les roses »

Comme un malpropre, et il en est » tout chose ; »

(Ces gens là, et cela vous déboulonne,

Reprochaient de n’avoir vu personne,

En urgence, le jour du grand coup de vent,

Pour de leur porte, balayer le devant.)

Ici, ça semble plus sympathique,

Ici, on fait marcher la musique,

De la lumière tout au long du sentier,

Sur la porte, la couronne d’amitié.

 

« Bonsoir, Mademoiselle, ce sont les Pompiers,

« Qui viennent présenter leurs calendriers ».

 

« Entrez, Monsieur, ne vous faites pas prier,

« Et puis, parlez- moi de votre métier,

« Je me présente, on m’appelle Jeannette,

« J’ai vu « l’Alerte Rouge » à la Télé,

« Répondez moi, soyez honnête,

« Serait-il permis de m’enrôler ? »

 

Et patati et patata....

Vous vous doutez du résultat,

Et patata et patati....

**Pour l’T.G.I., c’était parti.

 

Francis RAOUT  1993

 

** T.G.I.  Premier stage obligatoire pour les postulants Sapeurs Pompiers volontaires

 

 

Retour page d'accueil:   http://0z.fr/OTPjg 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

Tag(s) : #POEMES SUR LES SAPEURS POMPIERS

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :