Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

" SAPEUR POMPIER " au féminin.

 

 

Nous, les anciens, avons connu Gisèle,

La cantinière qui éteignait avec zèle,

Comme au temps des armées napoléoniennes,

La soif  des sapeurs, en grande technicienne.

 

Il fallait la voir, les jours de grande parade,

Jupe plissée bleue et bottes de cuir noir,

Veste d'uniforme comme ses camarades,

Et ce calot, qui venait tout droit de l'histoire.

Au tonnelet, chacun, à la régalade,

Trouvait autre chose que de la limonade.

 

Nous te remercions, Gisèle, notre " Hors la loi "

Toute ta vie, tu les as bien servis, tes gars.

Tu savais aussi qu'ils feraient tout pour toi,

Confidente apte à réparer tous dégâts.

 

Ton rire était, pour eux, un vrai drapeau.

Ils t'aimaient sans rien dire, Ils t'avaient «  dans la peau »

Mais leur chef, ton «  P'tit Louis, » était ton mari,

Lui, seul, savait que «  Jamais femme varie  ».

 

Avec eux, tu en as vu de grands sinistres,

Tu n'étais pas inscrite sur les grands registres.

Pour toi, pas de médaille, " Monsieur le Ministre ! "

 

Vous, les pompiers modernes, vous avez Jeannette,

Des filles dans nos C.S.!  Çà c'est chouette !

Bien sûr, au début, régnait comme un malaise,

C'est dissipé, maintenant tout est à l'aise.

Elles sont comme les garçons, les filles Sapeurs Pompiers,

Même uniforme et mêmes responsabilités.

Elles font le parcours sportif et la course à pied,

 Et, pour intervenir, elles sont habilitées.

Avec nous, elles fêtent Sainte Barbe comme de vieux sapeurs.

Elles sont vachement gonflées, elles sont sans peur.

 

Nous te remercions, Jeannette notre " Fille de foi "

Et puis, c'est sympha, tu as avec toi la loi.

Toute ta vie, tu feras comme les gars,

Mais tu verras, ce n'est pas toujours du nougat !

Vous toutes les "Jeannette " soyez notre sourire,

Sur tous nos sinistrés, même ceux qui vont mourir,

Par vos dons de femmes, faites, s'il vous plait, fleurir

La lueur du réconfort, c'est cela  " Secourir

 

Comme notre Gisèle, menez la même bataille,

Et puisque hommes et femmes faisons le même travail,

Sur vos seins de feu, fleuriront mêmes médailles.

 

 

 

                                                        Francis RAOUT    Juin I992



Gisèle et p'tit Louis 

 

 Gisèle, la cantinière d'Estaires

                                            



La cantinière de Godewaersvelde

 

 

 

Retour à la page d'accueil:  http://0z.fr/OTPjg

Tag(s) : #POEMES SUR LES SAPEURS POMPIERS

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :