Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Officiellement les femmes peuvent devenir "Gardes de Lorette"

À la faveur du changement de présidence à la garde d’honneur de Lorette, il a été dit (et cela sera écrit dans les statuts) que les femmes sont les bienvenues. Un vrai soulagement pour celles qui avaient et vont de nouveau postuler. 

Elles ont postulé, elles ont été recalées. Parfois sans raison. Ou tout du moins valable. La garde d’honneur de Lorette pouvait-elle, d’après ses statuts accueillir des femmes ? Non avait martelé le secrétaire général de l’époque, oui répond aujourd’hui le général Bernard Dickès. Et pour que les choses soient bien claires, cela sera écrit noir sur blanc dans les nouveaux statuts en cours de rédaction et qui seront soumis au vote d’une assemblée générale extraordinaire en avril prochain. Fin d’une polémique stérile qui aura jeté le discrédit sur une association née en 1927.

Indirectement, les femmes ont fait la guerre (...) Je ne vois pas pourquoi une femme  ne pourrait pas rendre hommage aux soldats. 

Annick Bouquet de Loos-en-Gohelle, ne cache pas son émotion. « Je vais à nouveau postuler. La première fois que j’avais envoyé ma candidature, je n’ai même pas reçu de réponse, alors que j’avais bien mes deux parrains et que mon mari, décédé, était garde d’honneur ! »

Le changement annoncé, elle le vit comme un juste retour des choses : « Indirectement, les femmes ont fait la guerre. Il y avait les infirmières, les cantinières. Je ne vois pas pourquoi une femme ne pourrait pas rendre hommage aux soldats. Ma candidature n’était pas un acte féministe, je ne voulais pas y aller pour m’amuser. Alors oui, c’est une victoire, c’est un honneur. » Tout comme Annick Bouquet, Caroline Machon (d’Haplincourt) va de nouveau postuler. « Je vais faire un copier-coller de ma précédente lettre. Je vais juste changer la date ! À l’époque, on m’a renvoyé mon chèque en disant que le montant n’était pas bon. Que j’avais mis le montant pour être garde alors que je ne pourrais être que membre associé ! Ma candidature n’a même pas été examinée alors que j’avais mes parrains. » La légitimité de Caroline Machon n’est plus à prouver, elle qui est membre de l’association des martyrs d’Haplincourt n’a pas de leçons à recevoir en matière de souvenir. « Avec la décision d’ouvrir enfin la garde aux femmes, on se dit qu’on n’était pas folles, que c’était juste quelques personnes qui avaient décidé que ce serait non. Les femmes sont présentes dans d’autres gardes ailleurs en France, alors pourquoi pas à Lorette ? »
 
La Voix du Nord

Tag(s) : #GARDES DE LORETTE

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :